Brucellose : quels risques pour l'homme ?

Dernière mise à jour: mai 2012 | 8102 visites
dier-kalf-stal-170_560_05.JPG

news La brucellose est une maladie très contagieuse qui touche essentiellement les bovins. Mais les chèvres, les chevaux, les moutons ou encore les porcs et certains gibiers, comme les lièvres ou les sangliers, peuvent également être contaminés par la bactérie Brucella abortus.

Les animaux atteints ne peuvent être transportés en dehors de leur lieu d'exploitation, ni commercialisés, forcément. Des contrôles stricts ont été mis en place.

Comment l'homme peut-il être contaminé ?

Par la manipulation de matériel infecté (couteaux par exemple). La maladie est d'ailleurs considérée comme une maladie professionnelle chez les éleveurs de bovins, les vétérinaires, les transporteurs de bétail, etc. Des mesures d'hygiène strictes doivent être observées : désinfection des chaussures, port d'uniformes ou d'habits de travail qui doivent impérativement rester sur le lieu d'exploitation et/ou de travail. Certains vont jusqu'à exiger que le personnel prenne des douches en arrivant à l'exploitation et avant de la quitter.

Quel risque pour le consommateur ?

Pour le consommateur, le risque de contamination est nul, la bactérie n'étant pas présente dans la viande commercialisée. Par contre, elle peut l'être dans le lait cru, non pasteurisé (aucun souci avec le lait pasteurisé).

En toute hypothèse, les symptômes classiques d'une contamination font penser à ceux d'une infection grippale : alternance de températures basses et élevées, maux de tête, sensation de malaise, courbatures. Dans les cas sévères, on peut observer des douleurs articulaires comparables à celles de l'arthrite, une inflammation du muscle cardiaque ou encore des risques d'encéphalite, d'ostéomyélite. Les femmes enceintes encourent un risque élevé de fausse couche.

Si la maladie est diagnostiquée chez l'homme, elle sera traitée efficacement avec des antibiotiques.


publié le : 20/05/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci