Musique : les yeux aussi importants que les oreilles ?

Dernière mise à jour: décembre 2013 | 2230 visites
muziek-piano-meisje-170_400_07.jpg

news Etonnant : la prestation d’un musicien classique est appréciée au moins autant par sa gestuelle que par l’aspect purement sonore.

A vrai dire, on est en droit de se montrer assez déconcertés par les résultats de cette expérience réalisée par une équipe de psychologues anglais (University College London). Ils ont procédé en recrutant quelque 1.200 mélomanes, émanant d’horizons très divers, certains extrêmement pointus, d’autres moins. Toujours est-il qu’ils ont été répartis en trois groupes, aussi équilibrés que possible – en termes de profils individuels - pour pouvoir les comparer.

Qui est le vainqueur ?


Le principe a consisté à leur demander de deviner, chaque fois entre trois finalistes, le vainqueur de concours internationaux de musique classique. Subtilité : un premier groupe a dû faire son choix sur base d’un enregistrement exclusivement sonore, le second groupe en visionnant une vidéo avec son et le troisième une vidéo sans son.

Au départ, l’écrasante majorité avait affirmé que la qualité de l’interprétation musicale constituait le critère majeur (à la limite exclusif) pour apprécier une performance. Et qu’a-t-on constaté ? De manière assez incroyable, le groupe vidéo sans le son a obtenu le meilleur score dans la désignation des vainqueurs, suivi par le groupe image + son, alors que le groupe son seul ferme la marche.

Les chercheurs considèrent en fait que les mélomanes attachent beaucoup plus d’importance qu’ils ne l’imaginent souvent aux éléments visuels d’une prestation, et que la passion dégagée par la gestuelle du musicien contribue de manière déterminante à l’émotion qui est ressentie. Pourrait-on résumer en disant qu’à qualité musicale équivalente, la différence entre un très bon concert et un concert exceptionnel se joue sur le visuel ?

Source: PNAS (www.pnas.org) via Futura Sciences
publié le : 27/12/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci