Urticaire : un impact important sur la qualité de vie

Dernière mise à jour: septembre 2016 | 6511 visites
jeuk-hand-170_400_04.jpg

news Le 1er octobre a été déclaré Journée mondiale de l'urticaire, une maladie de la peau qui affecte au moins une fois dans la vie 15 à 20% de la population. Les démangeaisons constituent l'un des symptômes les plus pénibles, sachant que les patients chroniques peuvent évoluer vers un état dépressif et un isolement psycho-social.

Environ une personne sur cinq connaîtra une crise d’urticaire au cours de son existence. Trop souvent banalisée ou réduite, à tort, à la conséquence d'une consommation d'aliments (fraises, tomates...), les connaissances sur l'urticaire et sa prise en charge ont beaucoup évolué.

Les démangeaisons sévères et chroniques peuvent lourdement affecter la qualité de vie, d'autant que les crises présentent un caractère imprévisible. L'impact psycho-social n'est pas à négliger, et ceci explique que les patients estiment important de pouvoir échanger sur leur parcours, leurs difficultés, les traitements... La journée mondiale dédiée à l'urticaire soutient une meilleure reconnaissance de la maladie, tant aux yeux du grand public que vis-à-vis des patients.

Les symptômes

L’urticaire est une éruption cutanée qui frappe principalement les bras et les jambes, mais qui peut toucher tout le corps. Elle est caractérisée par des papules, des plaques rouges ou rosées, en relief, aux contours délimités, lisses en surface et qui ressemblent à des piqûres d’orties. Elles peuvent apparaître et disparaître en quelques heures et se déplacer ainsi sur toute la surface du corps. Ces éruptions entraînent des démangeaisons qui peuvent être très importantes et invalidantes, perturbant les activités des patients et surtout leur sommeil.

Les différentes formes

L’urticaire aiguë : une forme évoluant pendant quelques heures à quelques jours.

L’urticaire chronique : une urticaire évoluant sur plus de six semaines.

L’urticaire est dite « physique » lorsqu'elle est déclenchée par une stimulation extérieure : en cas de frottement, on parlera de dermographisme ; en cas de pression, d'urticaire retardée à la pression. Lors d'une exposition à la chaleur, il s'agira d'une urticaire au chaud et inversement, le froid entraînera une urticaire au froid. Les vibrations peuvent occasionner un angio-œdème vibratoire alors que le soleil peut provoquer une urticaire solaire. Enfin, l’effort ou l’augmentation de la température corporelle peut donner lieu à une urticaire cholinergique.

Source: Barbara Simon avec l'association Asthme & Allergies (http://asthme-allergies.org)
publié le : 01/10/2016 , mis à jour le 30/09/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci