ad

Pourquoi cette absence d'orgasme ?

Dernière mise à jour: janvier 2013 | 7145 visites
vr-psych-postnat-depr-170_400_08.jpg

news Par anorgasmie, on entend les difficultés éprouvées par la femme à avoir un orgasme, que soit lors de rapports sexuels avec pénétration mais également lors de la masturbation.

• Les femmes qui n'ont pas d'orgasme lorsqu'elles se masturbent, seule ou devant leur partenaire, ne parviendront pas à atteindre le septième ciel lors de la pénétration. La thérapie passe donc par l'autostimulation, la masturbation, les caresses..., pour apprendre à découvrir son corps et ce qui provoquera du plaisir, déclenchera un orgasme.

Le partenaire peut mal s'y prendre : les caresses sont trop appuyées, au mauvais endroit, les rapports sexuels sont trop brutaux, sans préliminaires, etc. Le partenaire devra apprendre à connaître l'anatomie de la femme, l'emplacement du clitoris par rapport au vagin et voir ce qui plaît ou ne plaît pas à l'autre. Chaque personne a un ressenti différent.

• Certaines femmes n'atteignent pas l'orgasme car elles ont tout simplement peur de perdre le contrôle, de ne plus gérer la situation. Cela survient très souvent de façon inconsciente. Tout est dans la retenue. Cela peut également survenir après des rapports sexuels douloureux, fort peu plaisants, ou une mauvaise expérience sexuelle ou relationnelle antérieure.

• Le problème ira en s'aggravant si la femme se focalise, si lors des rapports sexuels, elle craint à l'avance qu'elle n'aura pas d'orgasme. On entre ainsi très vite dans un cercle vicieux.

• Parmi les autres facteurs, on observe des terminaisons nerveuses endommagées suite à un accident, une inflammation, une maladie, un acte chirurgical ou encore lors de l'ablation de l'utérus. Parfois lors de la ménopause, après l'accouchement ou suite à des sévices sexuels. On évoque également es troubles hormonaux. Certains médicaments peuvent également avoir une influence.


publié le : 20/09/2011 , mis à jour le 22/01/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci